Lyon-Ajax - La défense aux abois, Lacazette et les énormes regrets

Posté le 11-05-2017, Source : goal.com

Après avoir complètement manqué sa première période, l'OL a bien failli créer l'exploit en seconde mais sort de la Ligue Europa avec les honneurs.

 Il y a d'abord eu l'ambiance du Parc OL, les chauffeurs de stade, les tifos, un gros pressing d'une dizaine de minutes. Puis plus grand chose pendant d'interminables instants. Le seul coup franc de Valbuena (10e) avait précédé une succession d'occasions pour l'Ajax, de celle de Traore (12e) à celle de Younes (14e) en passant par Ziyech (24e). Coupables de beaucoup trop d'errements défensifs, de remontées de balles imprécises, d'offensives désordonnées et de replacements alternatifs, les hommes de Bruno Génésio ont vu le couperet tomber d'un coup par Dolberg. Trop seul côté droit, le jeune attaquant a ouvert le score d'un subtil piqué devant Lopes (27e).

Ce n'est qu'en fin de période, alors que les chants du parcage amstellodamois s'entendaient plus que ceux de tout le reste du stade, qu'Alexandre Lacazette a signé le début de tout autre chose. Sur penalty, d'abord, transformé suite à une faute de De Ligt (45e). Quelques secondes plus tard, l'attaquant lyonnais, servi au second poteau par Nabil Fekir, a poussé le ballon au fond pour rallumer l'espoir (45+1). Un espoir entretenu toute la seconde période puis matérialisé en fin de rencontre par le but de Ghezzal (81e), entré en cours de jeu à la place de Valbuena. Un espoir finalement tué par les énormes occasions de Fekir puis de Cornet juste avant le temps additionnel. Trop juste. 

Ce que vous n’avez peut-être pas vu : tactiquement, l'OL a échoué / n'était pourtant pas au rendez-vous

Dans un 4-2-3-1 désormais habituel, l'Olympique lyonnais a complètement déjoué en première période, malgré un score favorable à la pause grâce au doublé de Lacazette. Avant cette minute meurtrière pour l'Ajax, les Lyonnais avaient presque perdu les pédales. Avec un pressing digne de l'instant, l'équilibre de l'équipe, pourtant érigé en priorité par Bruno Génésio avant la rencontre, est passé au second plan. La ligne défensive Rafael-Diakhaby-Nkoulou-Morel, alignée pour la première fois, a énormément souffert, prise dans le dos sur n'importe quel ballon joué avec un peu de malice. 

Les latéraux, placés très haut dans leur couloir, ont délaissé une défense centrale mal trop lente à se retourner. Mal couverte par des milieux pris en tenaille entre la volonté de faire le jeu à l'avant et couvrir à la perte, la défense ne s'est pas montrée à la hauteur d'une demi-finale européenne.

Un homme dans le match : Nabil Fekir a croqué la feuille

Comme à l'aller où il avait manqué un face à face qui aurait pu ramener ses coéquipiers dans de meilleures dispositions, Nabil Fekir a de nouveau raté une énorme occasion. Après avoir récupéré un ballon suite à un cafouillage, l'international français s'est présenté devant Onana mais a complètement manqué sa frappe. Un but à un moment clé, comme à Amsterdam, qui aurait pu tout changer. 

Et si l'OL tournait la page  ? 

D'aucuns considéraient, à Lyon, que la rencontre représentait plus qu'un tournant de la saison. Finalement auteur d'une saison ratée, l'OL est désormais face à un futur qu'il va être en mesure de dessiner dans les prochaines semaines. La question de l'entraîneur, Bruno Génésio, sera d'abord posée avec insistance, tant le manager rhodanien semble contesté. Parmi les cadres les plus importants, des départs sont également à prévoir. Pour un changement de cycle ? Il ne saurait en être autrement. La belle génération lyonnaise, conduite depuis plusieurs saisons par Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, laissera alors sa place à une autre qui débutera vraisemblablement en Ligue Europa l'an prochain, là où la précédente s'est arrêtée. 

La statistique à retenir : l'Ajax aime jouer l'OL

L'Ajax n'a jamais perdu face à Lyon. Au delà du match aller (4-1), l'équipe néerlandaise s'était également imposée face à l'OL en Ligue des champions 2002/03 et fait deux matches nuls lors de la phase de groupe de la même compétition en 2011/12. 

Vous aimez cet article ? Partagez :