Paris assomme le Bayern, l'Europe est prévenue

Posté le 27-09-2017, Source : francetvinfo.fr

Le PSG a corrigé le Bayern Munich (3-0), mercredi 27 septembre, en Ligue des champions, au Parc des Princes. Le club parisien prend avec cette victoire une belle option sur la première place du groupe B, grâce à des buts de Dani Alves, dès la 85e seconde, suivi par Edinson Cavani et Neymar, bien aidés par un Kylian Mbappé époustouflant. Quels enseignements tirer de cette rencontre ?

Le PSG frappe un grand coup

Les esprits chagrins ergoteront sur le fait que le Bayern se présentait diminué au Parc des Princes, sans son infranchissable défenseur Mats Hummels, son redoutable gardien Manuel Neuer ni ses flèches Arjen Robben et Franck Ribéry. Certes. N'empêche : le PSG a su appuyer sur les faiblesses de l'équipe expérimentale alignée par Carlo Ancelotti. Un but sur la première occasion, des contre-attaques rondement menées, et une vitesse d'exécution qui a mis à mal la défense bavaroise un peu lourde, voilà la recette du succès parisien. "Avec les joueurs qu'on a, on peut jouer en contre", sourit Kylian Mbappé, grand artisan du succès parisien, au micro de Canal +.

Cette rapidité dans la transition entre la défense et la contre-attaque, clé des équipes victorieuses récemment en Ligue des champions, c'est nouveau pour le PSG. Et ça peut lui donner confiance dans sa quête du titre suprême. "Chaque année on progresse, abonde le capitaine Thiago Silva sur Canal +. Aujourd'hui avec Nbappé et Neymar, on a monté de niveau".

ll n'a pas marqué, mais on a vu que lui. Kylian Mbappé a été de tous les bons coups dans ce match où le PSG a surtout brillé en contre-attaque. Le supersonique attaquant de 18 ans a su se mettre au service de ses deux compères d'attaque, s'offrant deux passes décisives et de nombreux caviars dans la surface. Sur le troisième but, il dépose le défenseur expérimenté Alaba sur un crochet d'école. Mbappé, qui s'est tenu à l'écart du penaltygate opposant Neymar à Cavani, a prouvé qu'il savait se mettre au service de son équipe. 

"L'argent ne marque pas de buts", voulait croire Arjen Robben avant la rencontre. Certes, mais les joueurs acheté avec ces sommes oui, lui a répondu le coach parisien Unaï Emery, dont le séjour sur le banc parisien est conditionné à un bon parcours en C1.

Une victoire un rien flatteuse

Et si l'autre homme du match, c'était le gardien Alphonse Aréola ? Le gardien formé au club a effectué plusieurs arrêts déterminants, notamment sur un corner de filou conclu par Thomas Müller ou sur une belle frappe de Javi Martinez qui filait en lucarne alors que Paris ne menait que d'un but. Critiqué pour ses erreurs, rarement sollicité en Ligue 1, le gardien a mis son talent en évidence sur les 16 tirs et les 17 corners que s'est procuré le Bayern. 

La différence au tableau d'affichage paraît un brin exagérée au vu du match, où le Bayern a copieusement dominé les débats en première période. 

Vous aimez cet article ? Partagez :