Aulas milite pour une Ligue 1 à midi

Posté le 12-10-2017, Source : football.fr

Homme d'affaires et dirigeant averti, Jean-Michel Aulas est toujours prompt à amorcer quelques réformes dans le football français pour améliorer la compétitivité et les revenus des clubs de Ligue 1.
Lorsque Jean-Michel Aulas a pris le pouvoir à l'Olympique Lyonnais en 1987, personne ne pouvait alors se douter à quel point ce chef d'entreprise allait marquer l'histoire du football hexagonal. Patiemment, l'homme d'affaires est parvenu à faire des Gones une véritable référence européenne dans les années 2000, et a aussi su opérer progressivement un changement de stratégie économique pour ne pas tomber de haut. Si le personnage dérange ou fascine, sa propension à être clairvoyant en matière de gestion et d'investissements ne souffre presque d'aucune contestation.

Et le grand patron de l'OL n'est pas rassasié avec les années, loin de là. Ainsi, au sortir d'un mercato estival qui a vu les prix exploser, et alors que le championnat de France lutte désespérément pour tenter de jouer dans la même cour que la Premier League ou la Liga notamment, JMA montre la voie à suivre de façon à booster considérablement les revenus des clubs. Et ça passera à coup sûr par une revalorisation rapide et conséquente des droits de diffusion. "Il y a peut-être un moyen à court terme via les droits internationaux. Il y a eu des investissements considérables pour avoir, en L1, des joueurs de dimension internationale. Donc je regarderai comment, en accord avec beIN Sports (détenteur de ces droits), on peut mettre des matches à des horaires qui intéressent plus l'Asie: elle achète à prix d'or les droits internationaux d'autres championnats'', explique-t-il en préambule dans les colonnes de L'Equipe.
''Plus on aura de matches à midi, 13 heures et 15 heures, plus ils grimperont. L'an dernier, on a fait 44 M€ de droits à l'international, les Anglais dépassent 1 Md et les autres les 200 M€. Avec nos investissements dans les stades et le recrutement, on ne peut pas avoir moins que les Italiens et les Allemands. Plutôt entre ce qu'ont les Espagnols (636 M€/an) et les Allemands (240 M€), donc des centaines de millions...". La stratégie mercantile est donc simple selon Jean-Michel Aulas, à savoir vendre la Ligue 1 en Asie pour gagner plus. Quitte à ce que les nouveaux horaires de programmation en début d'après-midi ne soient pas forcément du goût du public français.

Vous aimez cet article ? Partagez :