LE STADE DE REIMS SOUS LE CHOC DE L'AFFAIRE CONTÉ

Posté le 09-12-2016, Source : beinsports.com

Le Stade de Reims, éclaboussé par la dramatique affaire Conté, condamne ce fait divers, par la voix de son président Jean-Pierre Caillot, et promet d’être d’une sévérité exemplaire.    

C'est un Jean-Pierre Caillot forcément grave qui, ce vendredi, s'est présenté en conférence de presse afin de commenter l'affaire qui éclabousse le Stade de Reims avec la mise en garde à vue d'Antoine Conté, l'international Espoir du club champenois, actuellement 4e du classement de Ligue 2. Le jeune défenseur (22 ans) est accusé d'avoir eu un comportement violent avec sa compagne, avant d'agresser un jeune homme âge de 19 ans avec une batte de baseball et d'avoir laissé celui-ci entre la vie et à la mort.
"C'est une bien triste affaire que je me dois de commenter au nom de l'institution Stade de Reims, a ainsi lancé le dirigeant, se déclarant, "en tant qu'homme et père de famille très troublé par les actes qui (lui) ont été relatés." "Il n'y a pas de mots pour qualifier de tels actes", a-t-il considéré, insistant moins sur la présomption d'innocence, tant les faits, d'une extrême gravité, semblent établis, que sur le "courage", dont a su faire preuve le jeune homme venu en aide à la compagne de Conte. Dont le président Caillot a confirmé "que le pronostic vital n'est plus engagé", mais qu'il reste en soins intensifs. "Les pensées du Stade de Reims et les miennes vont d'abord à lui et à sa famille pour son prompt rétablissement."
A la seule question à laquelle il a accepté de répondre sur le comportement de Conté, le président Caillot, tout en prenant soin de préciser que celui-ci n'avait pas été formé au Stade (*), a reconnu l'absence d'antécédent de l'intéressé: "On n'avait jamais eu par le passé à se plaindre de ce garçon". Avant de préciser: "En ce qui concerne les actes, la justice s'est emparée de l'affaire. Le garçon est aujourd'hui en garde à vue, il sera déféré en fin de journée, là aussi sur les informations que j'ai pu avoir, précise encore le patron de la formation rémoise, qui évoque encore un fait divers "en totale opposition avec les valeurs que l'on incarne." Puis, ajoutant que si désormais "c'est à la justice de trancher, ceux qui connaissent le Stade de Reims et me connaissent savent qu'il n'y aura pas de clémence dans cette affaire."

Vous aimez cet article ? Partagez :